21/11/2007

14/11/2007 - New De Wolf | Noyel, Noyel... ta gueule la guirlande!

Alors, voilà, on sort d'une petite prise de sang matinale de Saint Pierre, le soleil brille comme au Canada sous une douche ambrée digne d'un tube de Joe Dassin, les gens s'affairent, on se balade sur la place du jeu de balle, on voit des chants nazis sur un stand, on marche sur le disque qui pète, on aime bien cette journée, puis on achète rien de tous ces objets superbement kitschs qui feraient la bonheur de l'amoureux à la maison qui fait parfois des crises minimalistes, on trimballe son corps nonchalemment entre deux rangs de fripes, on aime l'odeur du double croque madame de la clé d'or (lequel on n'ingurgitera pas ce jour là , exceptionnellement), on avance le long de la rue des Renards, on observe les nouveaux flyers posés sur les barricades, on donne la pièce au monsieur devant le Delhaize (il ne donne pas de ticket sinon, j'aurais fait un billet sur lui), on remonte jusqu'à la rue Haute, on avance entre des Sablonniers à fourrure (les gens du Nord) et des Marolliens à chiens (les gens du nord), on regrette d'avoir déménagé des Marolles même si Schaerbeek c'est pas mal mais quand même... QUAND SOUDAIN, un chevalier de la consommation surgit devant vous, avec sa grande vitrine gluante et ses lumières clignotantes hypnotisantes, le grand New De Wolf III (cf. ticket), oui le grand méchant loup (version neuve) en personne vous barre le chemin (de deux côtés (deux rues parallèles, alias "les Baguettes Chinoises de La Mort"), avec sa moquette beige élimée qui recouvre son corps...
vous résistez, vous plantez vos talons non ferrés dans les pavés (foireux comme d'habitude, où est la Ville de Bruxelles quand on a besoin de se casser une jambe???), vous refusez l'affront, vous soufflez le démon d'un grand coup de gant de cuir rouge comme une Milady fébrile... Seulement, le diable attise ses anges déchus, il lance devant vous une poignée de consommateurs au sourire niais qui sort JUSTE devant vous, et au moment où vous alliez échapper à l'univers impitoyable du seigneur noir, en vous retournant comme une fière paysanne qui refuse les avances d'un prince, vous êtes littéralement aspirée par l'air chaud et violent qui respire à travers les portes à battants et vous voilà propulsé(e) à l'intérieur de l'antre, le gouffre du paradis perdu devant vos yeux...
et c'est la décadence qui débute... guirlandes en forme de coquelicots, vases tubulaires noirs (mon côté gothique), des décorations de feutre éléphants (Dumbo était-il caché derrière l'âne dans la crèche??), des fleurs en plastique doré dignes d'un repas chez le baron de Münchausen, des paniers d'osier (et la musique de la vieille pub d'Epi D'Or vous submerge) partout autour de vous dégorgent de leurs objets futiles, obsolètes et saisonniers, vous trouvez ça glauque, à la limite du mièvre mais déjà, vos mains sont aimantées aux vestiges d'un futur perdu...
Heureusement, au fond de vous, une bonne vieille facture de 935€ de charges annuelles (Electricité, Gaz & Eau) vous rappelle à l'ordre: tu ne fauteras plus.
Alors, c'est en martyr convaincu, assumé et pauvre que vous ressortez, penaud, de la grotte du diable avec 53.50euros de preuve irréfutable de votre grande faiblesse... heureusement, le jardin des délices a l'extrème courtoisie (au delà de l'affichage de la date) de ne pas détailler les produits et de placer tout son attirail sous l'agaçante généralisation "Noël-Pâques" ce qui vous donne alors l'impression, minuscule mais sincère, d'avoir déjà acheté des articles pour avril 2008 et donc de ne plus avoir à succomber dans les prochains 6 mois. Une sorte de sinécure...

Cher lecteur, lectrice, ému(e), scandez avec moi:

A MORT NEW DE WOLF!!!!

14:25 Écrit par Milady Renoir dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

Commentaires

Scandez pas trop fort, j'ai besoin d'un nouveau canapé et j'espère le trouver chez eux :)

Mon dernier passage là m'avait laissé une note de 4000€ environ si je me souviens bien, pour un canapé d'angle 7 places. A force de danser et baiser dessus (ce canapé est légendaire), il a fort vieilli ...

Écrit par : Phil H | 21/11/2007

Comment t'es faible...

Écrit par : Coppi | 21/11/2007

A MORT NEW DE WOLF!!!! J'ai scandé comme tu disais, bien que ne connaissant pas New de Wolf car trop sudiste et point belge (hé, on m'a refusé pour cette rentrée littéraire un article dans un big Journal de chez vous pour ce motif, ouais !).
Delhaize, ça me parle plus, grâce à ma tribu de Bruxelles.
J'aime ton billet enguirlandé, ma fillotte. Et j'adhère. Comme t'es faible... il a raison, Coppi, mais j'aurais fait tout pareil !

Écrit par : Piclune | 21/11/2007

Milady ... New DeWolf, incontournable ...
une des boutiques qui me fais encore revenir dans mon ancien quartier ...

Mais malheureusement je ne "donne" plus à ce "pseudo-malheureux" devant le Delhaize ...
il gagne assurement plus d'argent que moi, tout en restant assis toute une journée ...et pour lui, c'est net d'impôt ...

et quand il est "de repos", c'est son "cousin" ou son "oncle" qui le remplace ...
C'est le Coté "entreprise.malheureux.du.monde.incorporated" que je n'aprécie vraiment plus du tout ...
une mafia de mandiants organisés souriants "travaillants" de 09hà18h ...

Mais heureusement pour leur "petit commerce" de la pitié, il y en a encore qui "donnent"

Ce barbu là, est "employé" là ...
son prédécesseur est arrivé là avec sa chaise le jour de l'inauguration, et depuis son départ (il y a quelques années) c'est maintenant lui qui officie là ...

Son prédécesseur a quand à lui, été "muté" au GB de Uccle ... après les transformations ...

Écrit par : teddy qui dit ... | 21/11/2007

"il gagne assurement plus d'argent que moi, tout en restant assis toute une journée"

J'en connais plein d'autre comme ça ;) ;) ;)

Écrit par : Choc' | 21/11/2007

Pas mal cette.... Pas mal cette idée de ticket blog.

Écrit par : fraca14 | 27/11/2007

Waou! J'ai voulu scander avec toi mais j'étais tellement émue par les mots que il n'y a eu qu'une sorte de ... rien. Que du silence en bulles. Quelle verve!

Écrit par : flibuste | 17/01/2008

Les commentaires sont fermés.