11/11/2007

06/11/2007 - Dentiste

Arrivé peu après midi trente-cinq, mon rendez-vous est à treize heures; j'ai le temps de lire un peu, bien que les gémissemente feutrés provenant de la pièce d'à-côté et la musique sans âme de salle d'attente soient dérangeants, et m'arrête sur ceci :

Le coeur, dit d'un ton badin le grand professeur de médecine, laissant pendouiller devant les caméras une pièce sanguignolente de moyenne taille, se compose d'une pièce gauche plein de sang oxygéné, d'une pièce droite pleine de sang asphyxié, d'une aorte, d'artères, d'oreillettes, de valvules, de ventricules, mais ne laisse pas de place pour des sentiments ou des pensées, fussent-ils de taille infime. [...] Les amoureux, les écrivains qui donnent avec enthousiasme leur coeur ne donnent à leurs prétendues amies (*) qu'un bas morceau de viande.

Isabelle Zribi, in Bienvenue A Bathory

Voilà qui explique tout : elle avait tendu son bout de viande sanguignolente à un végétarien qui n'avait su qu'en faire.



Mais bref, passons, c'est à mon tour de souffrir (je parle ici simplement de la translation que je dois effectuer vers la chambre de torture); je referme mon livre, échange quelques banalités avec ma (charmante) dentiste, m'installe sur le divan; elle me multi-pique d'anesthésiants, et c'est parti pour 1h15 d'écartelage de machoire, de fraisage de molaire, de nettoyage de racines, bref de dévitalisation de ce qui fut autrefois une dent mais n'est plus.



C'est drôle, j'en avais parlé en plaisantant et c'est exactement ce qui s'est passé : éclat dans l'émail en ouvrant une bouteille d'alcopop, une carie qui se dévelope, une dent qui casse en ouvrant une autre bouteille et c'est parti pour des heures de soins heureusement remboursés par la mutuelle (125€ rien que pour cette fois). Quelques centimes de vos (nos) impôts servent à réparer les dents de celles et ceux qui n'ont pas d'ouvre-bouteilles, il serait temps que Michaël Moore en parle.






(*) à Bathory, la différence des sexes a été abolie, tous les habitants sont des elles

Les commentaires sont fermés.